➳ L’essentiel

    En somme, quelques que soient les circonstances d’un avortement, il laisse des traces. La femme seule, a le choix d’avorter et en prend cette décision. Cependant, on ne peut écarter le fait que son entourage ainsi que sa situation privée et professionnelle ont un impact plus ou moins grand sur cette décision. Et malgré toute influence le service médical s’assurera que les motivations de la femme sont bien fondées et personnelles, c’est à dire qu’il s’agit bien de sa propre décision et qu’elle en est certaine, car ce n’est pas un acte anodin bien qu’il se pratique chaque jour. On ne peut en effet pas parler d’un acte banal, courant certes, mais il a tout de même un impact sur la vie d’une femme. Il est d’ailleurs difficile de comprendre cette dernière, les proches ne peuvent pas le vivre à sa place, bien que le jugement de ceux qui ne l’ont pas vécu soit plus subjectif que celui de la femme qui a avorté, il est peut-être trop théorique pour comprendre la portée de cet acte. Mais parler de l’avortement comme un  acte qui laisse de véritables traces psychologique pourrait amener à une remise en cause de la loi Veil, qui permet aujourd’hui l’avortement. Mais il y a évidemment des traces psychologiques, malgré une minorité de femmes pour qui « tout va bien », et qui de ce fait incitent les pouvoirs publiques a conserver le droit d’IVG en France.

Cependant, il n’y a pas de vérité établie sur l’avortement. Chaque cas est différent. Il sera perçu différemment selon chaque femme qui passera par cette expérience.

L’avortement est un sujet tabou en France tout comme l’euthanasie, qui est d’ailleurs interdite, le droit de mourir est toujours délicat à légaliser et cela a été le cas pour l’avortement qui a été autorisé dans notre pays il y a seulement 40 ans avec la loi Veil.

 


Souslarobe |
Actions populaires françaises |
Tpe DS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reseauxsociauxconsequences
| Tpefloratristan93
| Aldo Chal